Liste des armées royales

Nom (Soldats)OrigineTypeForce(s)Faiblesse(s)Équipements spéciauxHistorique
Ordre des Gardiens de Rostam (1000) Pyrae galère Zélote : Se démarque davantage lors des guerres saintes officielles (financées par le Conseil de la Foi) Honorable à outrance : Refusent de participer à des manoeuvres sournoises ou jugées déshonorables. Armures lourdes L'Ordre des Gardiens de Rostam est réputé pour sa flotte de galères de guerre mouillant au port de Blanche-Tour en Avhor. Unique régiment royal exclusivement constitué de Pyréens, il est composé d'anciens paladins lourdement armurés.
Les danseurs des ronces (750) Avhor infanterie Combat de ligne : Gagne en efficacité lorsque jumelé avec une troupe de tirailleurs. Caliamana : Malus au combat si le Lieutenant ne détient aucune habileté en "Musique". Les Danseurs des Ronces tirent leurs origines des temps précédant l'ère royale. Oeuvrant de pair avec les meilleurs musiciens de Vêpre, ceux-ci parvinrent à créer des danses guerrières mortelles et imprévisibles. Leurs habits disparates, leurs chapeaux à larges plumes et leurs écus aux couleurs éclatantes sont autant d'outils pour décontenancer leurs adversaires .
Les jongleurs des ronces (1000) Avhor tirailleur Tir de barrage : Ralentit l'avancée ennemis et permet un meilleur positionnement des troupes alliées. Facilite la retraite de l'infanterie. Caliamana : Malus au combat si le Lieutenant ne détient aucune habileté en "Musique". Voyageant de ville en ville lors de leurs permissions, les soldats des Jongleurs des Ronces sont souvent confondus pour des amuseurs publics. Cependant, leur aptitude au maniement des dagues de jet, des javelots et des hachettes en fait des tirailleurs exceptionnels sur les champs de bataille. Pour eux, la jonglerie est à la fois un art festif et une technique guerrière.
Les acrobates des ronces (900) Avhor cavalerie Interception : Court-circuite les liens de communication et de ravitaillement entre des troupes ennemies. Caliamana : Malus au combat si le Lieutenant ne détient aucune habileté en "Musique". Chevauchant des montures légères et familiarisées aux terrains accidentés, les Acrobates des Ronces se plaisent à confondre leurs adversaires par des prouesses inattendues. Bondissant de leurs scelles ou se tenant debout sur leurs chevaux, ils remportent plusieurs de leurs batailles en déstabilisant les soldats habitués aux formations traditionnelles.
Les francs-tireurs de la vigne (1000) Avhor tirailleur Défenseur : Puissant lorsque posté en défense. Haine (Corrèse) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. Les Francs-Tireurs de la Vigne furent historiquement attitrés à la protection du château de la Vigne de Vêpre, propriété personnelle de la famille palatine Filii. Depuis la fin de la Guerre de l'Avènement, ceux-ci ,patrouillent les quartiers et quais de la capitale avhoroise au nom de la Couronne d'Yr. Farouchement opposés au règne de la princesse corrésienne Théodoria au début du siècle, ils en ont gardé une haine tenace pour les austères militaires originaires de Corrèse.
L'armada des carats (1000) Avhor frégate Soif d'argent : Gagne en efficacité lorsque des ducats leur sont remis en début de campagne (1 à 10). Présomptueux : Se complet dans la facilité et lorsque l'armée globale est nombreuse ou lorsque la troupe est en surnombre dans le combat. L'Armada des Carats, mouillant à Vêpre et Norforte, est née en réaction de l'essor commercial de la Marine des Mérillons. « Garantissant » la sécurité des navires marchands de la puissante guilde en échange de récompenses dignes de ce nom, cette flotte avoue ouvertement sa soif de richesses. Étrangement, lorsque les marchands refusent d'acheter leur protection, ils connaissent de graves accidents au haute-mer...
La garde forestière (950) Corrèse tirailleur Spécialiste (Forêts) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Vulnérable : Requière la protection d'une autre troupe pour se défendre. Arcs longs supérieurs Stationnée à Entre-Gage, la Garde forestière était autrefois dirigée par le légendaire seigneur-palatin Ludwig Schattenjager, découvreur du Lichthaus. Rompue à la lutte en forêt, elle a tenu à l'écart les ténébreuses forces sylvestres pendant des décennies. Aujourd'hui, ces forestiers et archers chassent les Insoumis osant s'approcher un peu trop des frontières orientales de la Forêt d'Ébène.
Les chevaliers du chêne (1000) Corrèse cavalerie Charge puissante : Apte à enfoncer et désorganiser les lignes ennemies. Faiblesse (Terrain accidenté) : Perd en efficacité sur un type de terrain particulier ou dans une région géographique. Au service de la famille Paurroi depuis des siècles, les Chevaliers du Chêne rassemblent des dizaines de petits seigneurs des environs de Porte-Chêne et leurs bans respectifs. Si la charge de ce régiment monté est pratiquement inarrêtable, il est ironiquement incapable de manoeuvrer en forêt et en dehors des plaines. Pour cette raison, il fut historiquement mobilisé lors des campagnes à l'est, près des steppes sarrens.
Les francs-tireurs de mordaigne (1000) Corrèse tirailleur Soif d'argent : Gagne en efficacité lorsque des ducats leur sont remis en début de campagne (1 à 10). Insécure : Perd en efficacité lorsque l'armée globale est en petit nombre ou lorsque la troupe est en sous-nombre dans le combat. Patrouillant les routes entre la forteresse de Mordaigne et les installations commerciales de l'Arsenal, les Francs-Tireurs de Mordaigne sont pour la plupart des arbalétriers engagés à fort prix par les marchands désirant s'acquitter de leurs responsabilités envers la Couronne. Si ceux-ci sont d'une efficacité redoutable sur le champ de bataille, ils cherchent avant tout à remplir leurs bourses de ducats sonnants et trébuchants.
Les chasseurs de haute-Tour (1000) Corrèse tirailleur Chasseur de tête : Gagne en efficacité lors de la présence d'officiers ennemis ou de personnages reconnus dans l'armée adverse. Vulnérable : Requière la protection d'une autre troupe pour se défendre. Forestiers établis dans les environs de la Tour du Zanaïr au sud de Corrèse, les Chasseurs de Haute-Tour travaillent de pair avec les forces de la Foi afin de garder à l'oeil les installations de l'Académie mystique et leurs chercheurs. À l'écart des conflits, la plupart de ses archers sont des individus laconiques et rustres souhaitant éviter d'entrer en contact trop longtemps avec le reste des Ébénois.
Les protecteurs d'esfroy (1000) Corrèse infanterie Spécialiste (Curiosités) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Immobilisme : Faible à l'attaque. Excroissance de la garde personnelle de l'ancienne comtesse d'Esfroy Abigaël Tesar, le régiment des Protecteurs d'Esfroy entretient une longue tradition de préservation des lieux de savoir et d'escorte des convois diplomatiques. Peu enclins à l'attaque, ils se démarquent dans la protection de lieux d'exception tels l'Académie des métiers d'arts d'Esfroy et le fort de Bois-aux-Malverns.
L'escadre de casimir (1000) Corrèse galère Amphibie : Combat aussi bien sur terre que sur mer. Franchit les rivières et effectue des débarquements rapides et efficaces. Haine (Avhor) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. L'Escadre de Casimir est l'unique flotte corrésienne. Stationnés à Port-Casimir, au nord-ouest de Mordaigne sur les bords de la Mer Blanche, les marins de cette flotte sont entraînés à combattre autant sur terre que sur mer. Au début du siècle, ils furent mobilisés par la princesse Théodoria afin de protéger la cité d'Yr et développèrent une haine farouche pour les soldats avhorois, jugés fourbes et dépravés.
Le régiment de tarves (1000) Cassolmer cavalerie Interception : Court-circuite les liens de communication et de ravitaillement entre des troupes ennemies. Impatient : Faible à la défense. Stationné dans le Château en Tarves et gardant un oeil sur les pillards de Findest et Ferres, le Régiment de Tarves est l'un des plus actifs du pays. Celui-ci pourchasse tous ceux qui déshonorent, de près ou de loin, les décrets royaux. Sa cavalerie légère, équipée d'armures légères et de chevaux rapides, est spécialement formée afin d'intercepter les attaques sournoises des malfrats, souvent découvertes à la dernière minute.
Le régiment populaire de Findest (1000) Cassolmer infanterie Spécialiste (Plaines) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Indiscipliné : A tendance à fuir le champ de bataille lors de situations difficiles. Formé à l'Académie populaire de Findest, ce régiment est constitué de volontaires aspirant à prouver aux absolutistes d'Ébène que le peuple est apte à se protéger lui-même. Revêtant des armures légères et maniant de courts glaives, ils se plaisent à charger les lignes ennemies afin de plaquer les fantassins lourds et de les poignarder sans pitié. C'est par l'action rapide qu'ils compensent leurs pauvres équipements.
Les reîtres de caderyn (1000) Cassolmer cavalerie Soif d'argent : Gagne en efficacité lorsque des ducats leur sont remis en début de campagne (1 à 10). Présomptueux : Se complet dans la facilité et lorsque l'armée globale est nombreuse ou lorsque la troupe est en surnombre dans le combat. Cavaliers engagés à prix fort par les cultivateurs et négociants de Caderyn, les Reîtres tiennent davantage des brigands en uniforme que des chevaliers de légendes. En les embauchant pour la protection de leurs cultures d'opium, les riches propriétaires du sud de Cassolmer transforment ainsi ces potentiels criminels en des sentinelles assidues.
Les francs-tireurs de cassel (900) Cassolmer tirailleur Discrétion : Apte à mener des opérations sournoises. Haine (Salvamer) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. Les Francs-Tireurs de Cassel sont entraînés à l'arbalète et postés pour la plupart sur la frontière entre le Duché des Crânes et le territoire élargi de la cité de Cassel. Malgré les bonnes relations commerciales entre les deux régions, ce contingent a développé avec les années une haine réelle pour les Salvamerois remportant constamment les conflits commerciaux dans la Baie des Crânes.
La garde de cassel (800) Cassolmer infanterie Discrétion : Apte à mener des opérations sournoises. Haine (Salvamer) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. Balistes Chargée de patrouiller les quartiers mal famés de Cassel, la Garde de Cassel est à l'image des élites cassolmeroises qu'elle protège : impitoyable et sournoise. Pour ses fantassins légers, la fin justifie les moyens. Qu'il s'agisse de torture, d'embuscades ou de guérilla nocturne, ils savent cerner les factions criminelles de Cassel et les éradiquer efficacement et cruellement.
Le régiment royal de L'ours (1000) Fel infanterie Protecteur : Empêche les troupes ennemies de s'en prendre aux alliés dans la zone. Présomptueux : Se complet dans la facilité et lorsque l'armée globale est nombreuse ou lorsque la troupe est en surnombre dans le combat. Catapultes (armes de siège) Fierté nationale de Fel, le régiment royal de l'Ours est habituellement sous le commandement direct d'officiers Aerann. Son infanterie lourde est normalement stationnée à la Forteresse du Fils où elle protège les murs à l'aide des catapultes et mangonneaux disposés sur les tourelles. C'est cette troupe qui, sous la guidance d'Ekchart II Aerann, conquit le centre de Laure et Casteval lors de la Guerre de l'Avènement.
La Légion d'endralphyrr (1000) Fel infanterie Hérisson : Ligne de piquiers avec boucliers. Gagne en efficacité contre la cavalerie et les troupes indisciplinées. Haine (Laure) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. Nommées en l'honneur de deux légendaires héros du peuple de Vindh, les légions d'Endralphyrr et d'Endrollmer repoussent les ennemis de Fel –Laure ou Corrèse- depuis des générations. Parfois séparées l'une de l'autre, les deux troupes combattent toutefois ensemble avec une synergie rappelant celle des jumeaux qui en furent les fondateurs.
La Légion d'endroller (850) Fel infanterie Hérisson : Ligne de piquiers avec boucliers. Gagne en efficacité contre la cavalerie et les troupes indisciplinées. Haine (Corrèse) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. Nommées en l'honneur de deux légendaires héros du peuple de Vindh, les légions d'Endralphyrr et d'Endrollmer repoussent les ennemis de Fel –Laure ou Corrèse- depuis des générations. Parfois séparées l'une de l'autre, les deux troupes combattent toutefois ensemble avec une synergie rappelant celle des jumeaux qui en furent les fondateurs.
Les sentinelles de jeranbourg (1000) Fel cavalerie Spécialiste (Plaines) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Faiblesse (Marais) : Perd en efficacité sur un type de terrain particulier ou dans une région géographique. Le sud de Fel bénéficie de la protection du long mur de Fel dont le principal bastion se situe au château d'Augasque. Afin de surveiller les environs de ces fortifications, le régiment des Sentinelles de Jeranbourg fut formé. Sur plaine, ses lanciers peuvent se disperser et se regrouper en vitesse afin d'isoler ses adversaires et de les repousser vers les murailles d'où les tirailleurs pourront les décimer.
Les arbalétriers de la forge (1050) Fel tirailleur Tir de barrage : Ralentit l'avancée ennemis et permet un meilleur positionnement des troupes alliées. Facilite la retraite de l'infanterie. Faiblesse (Plaine) : Perd en efficacité sur un type de terrain particulier ou dans une région géographique. Patrouillant les environs des Forges en Vaunes et de la vaste forêt marécageuse de Vertelande-la-Vieille, les Arbalétriers de la Forge sont équipés d'arbalètes à la fine pointe de la technologie. Projetant des carreaux à ,pointe d'acier, ces armements doivent être rechargés par deux soldats en raison de leurs armatures robustes. Annuellement, ces équipements sont renouvelés afin que jamais ils ne soient dépassés par les créations d'autres forgerons en Ébène.
La canonnière (1000) Fel galion Spécialiste (Mer blanche) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Vulnérable : Requière la protection d'une autre troupe pour se défendre. L'escadre de la Canonnière est constituée d'une dizaine de galions à faible tirant d'eau spécialisés dans les interventions en eaux peu profondes. Ses navires sont dotés de canons et de torpilles destinés à couler promptement les embarcations légères des contrebandiers longeant les côtes occidentales du royaume. Alimentée par les Forges en Vaunes et par les rares importations du Silud, la Canonnière ne manque jamais de poudre noire.
La flèche de casteval (1000) Fel tirailleur Guérilla : Gagne en efficacité lorsque l'armée globale est moins nombreuse ou lorsque la troupe est seule ou en sous-nombre. Vulnérable : Requière la protection d'une autre troupe pour se défendre. La Flèche de Casteval est un régiment essentiellement composé de soldats de culture cassolmeroise. Depuis la conquête de la citadelle de Casteval par Fel lors de la Guerre de l'Avènement, ces archers d'exception servent sous les ordres de gradés felbourgeois. Si cet état de fait ne cause aucun problème en temps de paix, de violentes tensions peuvent naître entre les officiers et leurs subordonnés lors des conflits.
La légion écarlate (950) Fel infanterie Sanguinaire : Gagne en efficacité lors des combats sanglants et violents. Impatient : Faible à la défense. Fondée par la première comtesse de Casteval et Vallon Aishwarya Rai, la Légion écarlate fut convertie en régiment lors de la création des armées royales par le Monarque. Dans ses rangs, une tradition de férocité –voire de folie guerrière– perdure depuis des décennies. Incapables de tenir la ligne, ses soldats vêtus d'armures et de cotes d'armes écarlates ne peuvent être arrêtés une fois qu'ils ont fait coulé le sang.
Les Arquebusiers de la Rosefranche (1100) Laure tirailleur Salve puissante : Les tirs de la troupe transpercent n'importe quelle armure. Vulnérable : Requière la protection d'une autre troupe pour se défendre. Armes à feu En charge de la protection du palais d'été en Hefel, les Arquebusiers de la Rosefranche sont réputés pour leur flegme et leur discipline. Ceux-ci furent entraînés à demeurer immobiles face aux plus intimidantes charges de cavalerie afin de déchaîner une salve de projectiles au moment propice. Cependant, le temps de recharge de leurs armes les rend vulnérables aux assauts répétés de l'ennemi.
La légion bleue (950) Laure infanterie Chasseur de tête : Gagne en efficacité lors de la présence d'officiers ennemis ou de personnages reconnus dans l'armée adverse. Avide de prisonniers : S'approprie nécessairement les prisonniers afin de les apporter dans les Geôles-aux-Martyrs. La Légion bleue veille à la surveillance des frontières orientales de Laure dans l'ancien Bleu-Comté. Le coeur du régiment est toutefois plus précisément stationné à la prison de Geôleaux-Martyrs au sud où elle empêche les évadés de quitter le territoire laurois. Cette infanterie est donc divisée en une cinquantaine de plus petites cohortes menées par des chasseurs de tête d'expérience spécialiste de la traque.
La légion pourpre (950) Laure infanterie Mercenaire : Préfère combattre en tant que mercenaire dans le royaume. Haine (Fel) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. La Légion pourpre est composée de soldats mercenaires vendant leurs services parfois à la Table des Dix de Guethier, parfois à la Couronne. La participation de ces guerriers aux campagnes royales est souvent incertaine, ,ceux-ci se rangeant constamment du côté du commandant le plus offrant du moment. Cette tendance à briller par son absence lors des campagnes ébénoises lui attire d'ailleurs la haine des plus farouches monarchistes, surtout en Fel.
La brigade lacustre (800) Laure galère Amphibie : Combat aussi bien sur terre que sur mer. Franchit les rivières et effectue des débarquements rapides et efficaces. Haine (Sarrenhor) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. La Brigade Lacustre patrouille quotidiennement le Lac de la Croisée séparant Laure, Corrèse et Fel. Ses marins, pour la plupart originaires de Fort d'Ambroise et des environs, sont entraînés à passer rapidement du combat naval au combat terrestre lorsque la situation l'exige. Cependant, plusieurs de ces guerriers se rappellent avec amertume des raids sarrens d'antan et de la déchéance qu'ils ont causé en Laure.
Les Cavaliero (1050) Salvamer cavalerie Harcèlement : Peut pousser une troupe ennemie à changer de zone. Honorable à outrance : Refusent de participer à des manoeuvres sournoises ou jugées déshonorables. Chevaux rapides Les Cavaliero sont des cavaliers légers et rapides oeuvrant dans les campagnes de Hautes-Plaines, en Salvamer. Ceux-ci sont réputés pour leur vivacité et leur capacité à détourner l'ennemi de ses objectifs initiaux. Ils évitent habituellement de combattre leurs adversaires de front, ceux-ci n'étant que faiblement protégés.
La pieuvre rouge (1000) Salvamer frégate Discrétion : Apte à mener des opérations sournoises. Haine (Escroix) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. La flotte de la Pieuvre rouge est à l'origine de la création du Duché des Crânes. Modeste à ses débuts, celle-ci a grossi au rythme des conquêtes de ses capitaines. Aujourd'hui, cette escadre de galions fait la loi dans la Baie des Crânes. C'est souvent à la brunante, tandis qu'un brouillard épais s'abat sur les eaux des côtes cassolmeroises et salvameroises, que ces marins patrouillent, prêts à surprendre n'importe quel intru dans la région.
Les chiens de mer (1000) Salvamer frégate Sanguinaire : Gagne en efficacité lors des combats sanglants et violents. Haine (Escroix) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. En haute mer, les marins surnomment les requins 'chiens de mers' puisqu'ils s'emparent, comme les chien, des restes des malheureux croisant leur chemin. Les guerriers des frégates de l'escadre éponyme n'ont aucun scrupule à mener à bien les tâches les plus ingrates. On raconte d'eux que, une fois qu'ils ont fait couler le sang sur le pont d'un navire, rien ne peut empêcher ces marins du Duché des Crânes de mener à terme leur mission meurtrière.
1re division de L'escroix (1000) Salvamer galion Défenseur : Puissant lorsque posté en défense. Haine (Duché des Crânes) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. La 1re division de l'Escroix est l'ultime force d'artillerie navale du royaume d'Ébène. Sur la dizaine de galions qui la composent, près de deux cents canons se succèdent afin de faire pleuvoir sur les bâtiments ennemis ,une tempête de feu et d'acier. La seule limite à la puissance de frappe de cette escadre est la quantité limitée de poudre à canon disponible dans le pays, le soufre étant une ressource rare après la chute de Pyrae et l'interruption des relations avec le Silud.
2e division de L'escroix (1000) Salvamer galère Spécialiste (Vaste-Mer) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Haine (Duché des crânes) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. La 2e division de l'Escroix transporte l'essentiel des forces armées de l'armada salvameroise. À bord des lourdes et lentes galères, des centaines de marins entraînés à l'abordage se serrent les coudes. Ce sont dans les eaux chaudes et parfois imprévisibles de la Vaste-Mer qu'ils se démarquent principalement et sèment la terreur parmi les ennemis des descendants des Mérillons.
3e division de L'escroix (1000) Salvamer frégate Interception : Court-circuite les liens de communication et de ravitaillement entre des troupes ennemies. Haine (Duché des crânes) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. La 3e division de l'Escroix est la plus mobile de l'armada. Grâce à ses frégates spécifiquement conçues afin de profiter des vents de la Vaste-Mer, elle collabore fréquemment avec la Marine des Mérillons afin d'intercepter les contrebandiers osant braver les décrets royaux concernant la Lance d'Ardar et l'île de Marbelos.
Les cavaliers ailés (950) Sarrenhor cavalerie Charge puissante : Apte à enfoncer et désorganiser les lignes ennemies. Faiblesse (Terrain accidenté) : Perd en efficacité sur un type de terrain particulier ou dans une région géographique. Armures lourdes Les lourds cavaliers Ferres montent des destriers bardés de fer, manient des lances de trois mètres et brandissent des sabres acérés. À l'arrière de leurs plastrons, ils ont pris l'habitude de greffer de larges bannières de tissus ou de plumages afin d'effaroucher les chevaux ennemis. On raconte que, lorsque les cavaliers chargent, la terre elle-même tremble de terreur.
Le régiment des plaines libres (1000) Sarrenhor cavalerie Mercenaire : Préfère combattre en tant que mercenaire dans le royaume. Insécure : Perd en efficacité lorsque l'armée globale est en petit nombre ou lorsque la troupe est en sous-nombre dans le combat. Créé à la suite d'une entente entre le clan des Vors et le Monarque lui-même, le Régiment des Plaines libres tient davantage de la horde de pillards que d'une légion structurée. Cependant, ces cavaliers compensent leur manque de coordination par une soif d'enrichissement démesurée et un désir perpétuel de prouver leur supériorité au reste du royaume.
1re charge de L'ordre de L'orrindhas (1000) Sarrenhor cavalerie Spécialiste (Plaines) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Présomptueux : Se complet dans la facilité et lorsque l'armée globale est nombreuse ou lorsque la troupe est en surnombre dans le combat. La 1re charge de l'Orrindhas fut personnellement menée par Salomond l'Avisé puis par Enosh d'Iscar lors de la Guerre de l'Avènement. Ces cavaliers représentent les idéaux originels du Protectorat de l'Orrindhas : Unité, fierté et stratégie. Malgré ce que son nom suggère, la 1re charge n'attaque jamais l'ennemi sans d'abord jauger sa puissance.
2e charge de L'ordre de L'orrindhas (1000) Sarrenhor tirailleur Spécialiste (Plaines) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Haine (Laure) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. La 2e charge de l'Orrindhas est une cohorte d'archers montés servant au sein du prestigieux Ordre de l'Orrindhas fondé par Salomond l'Avisé. Habilitées à patrouiller dans les environs de Lys d'Or, plusieurs des lignées de chevaucheurs qui la composent sont toutefois tristement reconnues pour leurs nombreux pillages menés dans le palatinat de Laure avant la Guerre de l'Avènement.
L'écu volund (850) Sarrenhor cavalerie Zélote : Se démarque davantage lors des guerres saintes officielles (financées par le Conseil de la Foi) Honorable à outrance : Refusent de participer à des manoeuvres sournoises ou jugées déshonorables. Les chevaucheurs du clan Volund, contrairement à bien d'autres Sarrens, sont éduqués dès leur enfance dans les récits épiques des chevaliers errants. Pour eux, la guerre a une vocation romantique ; ce n'est ni pour les ducats ou les conquêtes qu'ils combattent, mais afin de léguer aux générations futures des contes et légendes élevant les coeurs et les âmes.
Les soigneurs De haut-givre (1000) Sarrenhor tirailleur Guérisseur : Diminue les chances de pertes chez les régiments dans sa zone. Vulnérable : Requière la protection d'une autre troupe pour se défendre. Le campus de l'Ordre médical d'Ébène situé à Haut-Givre accueille des centaines d'apprentis soigneurs désireux de faire leurs preuves auprès des seigneurs du royaume. Afin de gagner en prestige, ces aspirants à la médecine ont fondé un régiment spécifiquement voué aux soins des troupes en campagne. Vulnérables sur le champ de bataille, ces guérisseurs représentent néanmoins des alliés inestimables.
La garde d'Arcancourt (950) Val-de-Ciel infanterie Zélote : Se démarque davantage lors des guerres saintes officielles (financées par le Conseil de la Foi) Honorable à outrance : Refusent de participer à des manoeuvres sournoises ou jugées déshonorables. Étendard de la foi Sous les ordres des nobles paladins formés dans la région, la Garde d'Arcancourt est l'un des derniers héritages de la Compagnie du Heaume en Ébène. Ses guerriers aux armures étincelantes font rêver les enfants du royaume et viennent en aide aux pèlerins convergeant vers le Val-de-Ciel. Leur foi n'a d'égal que leur respect leurs voeux sacrés.
Les chevaliers de La rose bleue (1000) Val-de-Ciel cavalerie Spécialiste (Montagnes) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Adorateur : Nécessite une présence religieuse dans le régiment (Faveur religieuse ou carte-personnage de religieux) Honorant la mémoire de Jean Lamontagne, ancien Commandeur de la Compagnie du Heaume décédé lors d'une guerre sainte au Vinderrhin, les Chevaliers de la Rose bleue rassemblent la fine fleur de la noblesse guerrière du Val-de-Ciel. Passés maîtres dans l'art du déplacement en montagne, ces cavaliers aspirent à faire rayonner leur marquisat.
La cavalerie des vaux (1000) Val-de-Ciel cavalerie Spécialiste (Montagnes) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Adorateur : Nécessite une présence religieuse dans le régiment (Faveur religieuse ou carte-personnage de religieux) La cavalerie des Vaux est l'un des seuls régiments monté d'Ébène combattant plus efficacement dans les montagnes que sur plaines. Les traditions martiales montagnardes développées depuis le début de l'ère royale en font une force rapide apte à se déployer en quelques jours d'un bout à l'autre de l'imposant Mur de Théodas.
Les archers des cols (850) Val-de-Ciel tirailleur Spécialiste (Montagnes) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Adorateur : Nécessite une présence religieuse dans le régiment (Faveur religieuse ou carte-personnage de religieux) Les archers des Cols sont, depuis la construction du Mur de Théodas, les sentinelles officielles des frontières méridionales du royaume. Ces tirailleurs savent utiliser les escarpement rocheux afin de faire pleuvoir des nuées de flèches sur leurs adversaires. Cependant, ce n'est qu'avec réticence qu'ils acceptent de quitter leur poste pour se lancer dans des guerres étrangères.
Les spadassins de fondebleau (1000) Val-de-Ciel infanterie Défenseur : Puissant lorsque posté en défense. Faiblesse (Rivière) : Perd en efficacité sur un type de terrain particulier ou dans une région géographique. Attitrés à la protection de l'Assemblée des Vaux de la cité de Fondebleau, ces spadassins sont de toutes les batailles impliquant directement le Val-de-Ciel. Bien que lents et privés de montures, ces fantassins, une fois arrivés sur le champ de bataille, sont difficiles mettre en déroute. Derrière leurs immenses pavois, rien ne semble pouvoir les atteindre.
La célésienne (700) Val-de-Ciel frégate Harcèlement : Peut pousser une troupe ennemie à changer de zone. Haine (Salvamer) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. La Célésienne est une escadre de frégates légères sillonnant les eaux de la Vaste-Mer entre Port-Céleste et l'île de Marbelos. Depuis des décennies, celle-ci détourne les pirates et contrebandiers de leurs trajets habituels afin de les jeter dans les griffes de la marine valécienne. Plusieurs de ces pirates ayant des origines salvameroises, les marins de la Célésienne leur voue une haine tenace.
La compagnie De L'iris (900) Terre des Roses cavalerie Spécialiste (Terre des Roses) : Expert d'un type de terrain particulier ou d'une région géographique. Adorateur : Nécessite une présence religieuse dans le régiment (Faveur religieuse ou carte-personnage de religieux) Armures effrayantes Les Compagnons d'Iris logent, lors de leurs rares vacances, au château de Fort-Sentinelle, dans les Terres des Roses. Convaincus d'accomplir l'oeuvre du Céleste en contrées païennes, ils accueillent et entraînent plusieurs des chapelains mortuaires du royaume. Leurs armures métalliques horribles et casques terrifiants sèment la panique dans les rangs ennemis.
Le bataillon Sacré (850) Yr infanterie Discipline : Ne bat pratiquement jamais en retraite et tend à organiser les autres régiments dans sa zone. Présomptueux : Se complet dans la facilité et lorsque l'armée globale est nombreuse ou lorsque la troupe est en surnombre dans le combat. Hallebardes supérieures / Armures lourdes / Emblème royal Voué à la protection des suzerains d'Ébène depuis des siècles, le Bataillon sacré est un exemple de discipline et d'ardeur au combat. Ses rangs de hallebardiers entrainés selon les anciennes traditions lauroises, une fois formés, peuvent résister à pratiquement toutes les charges, aussi violentes soient-elles ; Pour la Reine, ils sont prêts à sacrifier leur vie.
L'escadre royale (1050) Yr galion Discipline : Ne bat pratiquement jamais en retraite et tend à organiser les autres régiments dans sa zone. Présomptueux : Se complet dans la facilité et lorsque l'armée globale est nombreuse ou lorsque la troupe est en surnombre dans le combat. Coques renforcées / Emblème royal Formée au lendemain de la Guerre de l'Avènement, l'Escadre royale mouille normalement dans la Baie d'Ambroise. Celle-ci est constituée d'imposants galions commandés à fort prix aux meilleurs constructeurs de Salvar et Felbourg-la-Cité. Hissant le pavillon royal au sommet des mats de ses bâtiments, l'Escadre royale est un point de ralliement lors des campagnes.
Le Ban de la Faucheuse (950) Corrèse infanterie Harcèlement : Peut pousser une troupe ennemie à changer de zone. Haine (Sarrenhor) : Combat mal sous des capitaines et aux côtés de troupes de la culture spécifiée. Trouvant ses quartiers au Guet-du-Levant, dans les Semailles, le Ban de la Faucheuse est constitué de nombreux vétérans entretenant une haine tenace à l’égard des chevaucheurs du Sarrenhor. Porteurs des traditions martiales et folkloriques de leur comté, ses soldats font preuve d’une résilience marquée lorsque vient le temps de repousser l’ennemi hors de leurs frontières. Comtesse mythique de la marche corrésienne, la Faucheuse y est connue pour lever son ost funeste en temps de famine, emportant à sa suite jouvenceaux et vieillards. Se revendiquant de cette sombre légende pour souligner qu’ils ne craignent pas la mort, les guerriers du ban troquent volontiers la faux et la houe pour les armes afin de se porter à la défense de leurs traditions.
Flotte de la Marine des Mérillons (1000) Avhor galion Protecteur : Empêche les troupes ennemies de s'en prendre aux alliés dans la zone. Lent : Ne peut pourchasser l'ennemi ou modifier rapidement les plans initialement établis. Résultat du chantier initié en 379 par la famille Saïd au nom de la Marine des Mérillons et financé par la Guilde royale des artisans, la Flotte de la Marine des Mérillons est une escadre de galions patrouillant autant la Vaste-Mer que la Mer Blanche afin de protéger les routes commerciales de la guilde. Ses impressionnants bâtiments de guerre ont d'abord une vocation d'escorte marchande, mais peuvent accueillir des cargaisons diverses. Lents à se déplacer, ils sauront tirer d'un mauvais pas les navires vulnérables une fois en position.
La Dernière Légion (950) Terre des Roses infanterie Sanguinaire : Gagne en efficacité lors des combats sanglants et violents. Cruel : Ne prend aucun prisonnier. N'a aucune considération pour les blessés, les fuyards ou les mutins. La Légion de la Dernière Légion, telle qu'elle était connue par le passé, était auparavant responsable de la protection des territoires de la Roseterre. Après une cuisante défaite face aux Éveillés sanguinaires, ses survivants furent rapatriés à Havrebaie où ils prirent le contrôle de la viguerie locale. Désormais surnommé "Dernière Légion", ce régiment de vétérans endurcis est mené par la capitaine Oléna des Ombres et n'entretient aucune compassion envers la faiblesse et la criminalité.